Entretien-article à 4 voix dans  Classeur, Ed. Cosa Mentale, « Pirates, En mer, sur terre, en architecture, par temps de crise », MARE NOSTRUM - Revue Classeur, écrit avec Océane Ragoucy, en collaboration avec Marco Stathopoulos & Emilien Afane, 2017.

Pirates !

En mer, sur terre, en architecture, par temps de crise

 

" Considérée en mer comme vandale autant que subversive, la piraterie est peut-être l’une des pratiques de détournement les plus mystérieuses et incontestablement les plus fascinantes. Les pirates contemporains sont les vigies qui nous donnent à voir le monde dans lequel nous évoluons en décalant nos perceptions et nos appréhensions, outrepassant les cadres officiels. 

Nous nous sommes assises autour d’une table avec Emilien Afane et Marco Stathopoulos, archéologue sous-marin et architecte, en leur proposant de nous parler de piraterie et de la manière dont ils s’en sont emparée dans leurs travaux. Si la crise que nous traversons est sans aucun doute celle des représentations, nous questionnons sans cesse nos pratiques et les transformations qu’elles y subissent. En pénétrant dans le milieu pirate nous voulions commencer par en explorer le potentiel stratégique.

 

Dans sa pratique de chercheur et depuis l’archéologie, Emilien Afane a développé de nouveaux outils d’analyse des traces pour comprendre les sociétés qui nous ont précédés. Marco Stathopoulos a quant à lui réquisitionné la métaphore de la piraterie afin de mettre au travail la résilience des milieux habités au travers d’un « art de la crise » pirate. Tous deux ont en commun un décalage radical de leur pratique d’origine par la traversée d’autres champs scientifiques. 

 

Emilien nous plonge dans un milieu qui a conservé les marques du temps et embarque son auditoire dans les enchevêtrements économiques, techniques ou environnementaux qui ont transformé les navires à l’époque byzantine. Par souci de transdisciplinarité, il relie au fil des échanges les forêts ibériques, la colonisation des Amériques, le naufrageage crapuleux, les risques et les assurances à un élément incontournable et loquace : le bois. A priori obscur, ce foisonnement nous en apprend bien davantage sur ces histoires de pirates.

Marco fait appel à Carl Schmitt et nous révèle la racine du mot pirate : « tenter, essayer, risquer » pour signifier que les mers sur lesquelles le pirate sévit ont longtemps été un milieu hors-la-loi. Jusqu'à l'apparition des empires maritimes, les mers n'auraient connu « ni barrières, ni frontières, ni lieux consacrés, ni localisation sacrale, ni droit, ni propriété», précise-t-il. Le pirate alors, « tente sa chance » (peirao), et, en étant hors-la-loi ou même au-dessus de la loi, il succombe à la tentation (peirasmos). 

 

Nous succombons nous aussi à la tentation grisante des rapprochements inattendus et des divagations dans une conversation passionnante qui s’étire… jusqu’aux confins de l’époque byzantine et dans les méandres de nos pratiques respectives. Il est tôt dans l’après midi lorsque la conversation débute, et il fait nuit lorsqu’elle se termine. 

A poursuivre avec Classeur...

Territoires animés

architecte et architecture immeuble copropriété paris / architecte appartement et maison paris / architecture ruralité / campagne / appartements et maison à Toulouse / rénovation énergétique / rénovation patrimoine